Ago quitte finalement la capitale direction Los Yungas, une vallée fertile située entre les ravins du flanc nord-est de la Cordillère Réale.  Après 26km, soit une heure de voiture, on passe la Cumbre, le point le plus haut sur le chemin de Los Yungas. A 4600 mètres d’altitude, ce point est toujours enneigé. Il faudra encore 2 heures avant d’arriver à destination.

Ensuite c’est la descente et le paysage change rapidement. L’air devient plus tiède et la végétation se transforme: on entre dans des vallées tropicales et humides avec de grandes montagnes couvertes de végétation dense. Selon les guides touristiques, cette région est riche de d’orages, de mandarines, de pamplemousses, de citrons.

Mais Ago: ” Franchement je n’ai pas vu tout cela. Au marché ou dans le échoppes non plus, pas une grande variété. Autrefois cette région était vraiment le verger de la capitale et des régions peu fertiles. En se baladant dans la forêt tropicale on remarque souvent un odeur agréable mais un peu amer. Puis on se rend bien compte qu’ici la culture la plus répandue est celui des feuilles de coca. On remarque un panneau, interdition d’entrer. Une multinational y produit des herbes médicinales et il faut faire attention aux chiens qui surveillent les cultures”.

Les feuilles de coca oui, la Cocaïne no ! Voici le slogan du président Morales. Or comment contrôler que ces feuilles soient utilisées pour faire le maté de coca, traditionnellement machées et efficace pour combattre les maux dus à l’altitude, plutôt que pour produire des kilos de poudre blanche ? Bien sur, il y a des contrôles mais les casernes sont souvent désaffectées et on peut bien se douter de la corruption des fonctionnaires…

On raconte que dans l’Alto, à La Paz, il existe tout un réseau de famille qui effectue le processus de transformation, relativement simple, et “maison” .

On propose aux familles d’acheter le matériel nécessaire; four, mixer, centrifugeuse…et autres bricoles. On leur fourni les feuilles et toute la famille se met au travail. En quelques mois l’investissement est amorti et c’est que du bénéfice. Tout cela dans la banalité la plus totale, on n’a presque pas l’impression d’exercer une activité illégale.

Mais bien sur à Coroico on vous parlera d’herbes médicinales et si vous cherchez des feuilles on vous en demandera l’utilisation.

Malgré tout big brother vous contrôle. 

pianta medica