Ariel et Diego font partie de la classe moyenne argentine qui vit à Buenos Aires. Ariel à 24 ans, il n’a pas encore terminé ses études d’école secondaire et ses idées pour le futur sont plutôt vagues vu la situation instable. Bien sur, il nous parle de la crise économique qu’il connait depuis toujours, de la hausse des prix, de l’insécurité et de la corruption, thématiques qui retournent toujours à la surface dans toutes les discussions. Il aimerait bien travailler dans la restauration. Passionné d’informatique, il apprend en autodidacte pour avancer. Pour le moment, le seul et premier job qu’il a obtenu (et comme il le souligne, déclaré) est celui de nettoyage et d’homme à tout faire. Il travaille de 8 heures à 12 heures chaque jour. Payé un minimum, bien sur …mais il habite avec sa mère dans une maisonnette correcte.

Son meilleur ami Diego, (a droite), a lui aussi 24 ans, vit avec sa famille et grâce aux ressources de celle-ci. Il a quant à lui terminé l’école secondaire technique mais depuis longtemps “attend “, comme Godot, un travail. Il nous parle de vivre “dia pro dia” sans faire de programmes, parce que ses projets ne se realisent pas. Agostino craint que la frustration ne finisse par le tuer…