Rama prépare le Burek.
Rama a trouvé un emploi stable dans une boulangerie – pâtisserie spécialisée en nourriture des Balkans. Et le propriétaire était ravi d’avoir enfin trouvé quelqu’un du métier. Après un premier jour de test de la nouvelle recette, Rama en cuisait une vingtaine par jour avant de les vendre dès leurs sorties du four. Mais encore une fois, il s’est confronté avec la réglementation suisse. Une semaine après avoir été embauché, le propriétaire de la boulangerie lui a annoncé que sans l’autorisation de l’ODM, il ne pouvait pas prendre le risque de le faire travailler. Le propriétaire a donc fait une demande d’autorisation pour son précieux employé et il ne reste à Rama qu’a attendre et espérer que cette fois ici l’autorité lui laisse la possibilité de s’occuper, de gagner un salaire minimum et de sortir de sa dépendance envers l’aide sociale.
Pour ceux qui n’ont pas voyagé dans les Balkans, les bureks sont des pâtisseries salées originaires de l’Empire Byzantin. Dans les Balkans, les serbes, les bulgares et les grecs les préparaient depuis le moyen-âge. Les turcs ottomans nomade des steppes d’Asie ont adopté la cuisine byzantine, et l’ont popularisé dans tout le bassin méditerranéen. Les bureks sont fourrés avec du fromage, des épinards, de la viande hachée, et évidemment sans porc pour les populations musulmanes.